FAQ Référencement / Contenu
Optimiser son contenu pour le SEO,
les pièges à éviter !

Le contenu est le premier des 3 piliers du référencement. En effet, sans contenu, pas de page et sans page / URL, pas d’indexation possible. Mais on peut vite être aspiré dans une frénésie de création de contenus : articles, FAQ, conseils, … qui sans vision globale et sans respect des guidelines Google pourraient mettre en péril votre référencement (Cf. Google Panda, Quality Update, …). Voici les pièges à éviter dans votre stratégie de contenu SEO.

  • Piège n°1 : ne pas recenser l’existant

Avant de se lancer dans la production de contenu,  un recensement de l’existant est nécessaire. En effet, plus les années passent, moins on se rappelle des contenus produits les années précédentes. Il est donc important d’exporter les URL de l’ensemble de son arborescence et de faire le tri des thématiques déjà abordées, contenus obsolètes, contenus de trop faible intensité, des contenus chauds qui n’ont plus lieu d’être, …

Vous obtiendrez une première liste de contenus à reprendre, enrichir, remailler ou supprimer (et donc rediriger), … et surtout vous éviterez de dupliquer vos contenus (ce qui est à proscrire). En effet, sans audit vous pourriez produire des contenus sur des sujets déjà existants dans votre site et donc dupliquer vos thématiques.

Il est souvent plus utile d’enrichir l’existant, d’en changer le format, de l’optimiser pour en tirer un bénéfice que de partir dans de la production effrénée de contenus. Il faut savoir maîtriser son effort sous peine d’essoufflement rapide.

Si vous aviez une volumétrie très importante de contenus, une méthode simple réside dans l’audit des vos contenus les plus visibles depuis les moteurs de recherche. Pour cela, consultez les pages de destinations depuis votre outil de web analytique (Google Analytics, Xiti, …) et/ ou si vous disposez d’un outil d’analyse de logs, isolez les pages les plus “hitées” par les bots des moteurs de recherche. Focalisez vous alors sur les 50 / 100 / 150 premiers contenus les plus consultés.

  • Piège n°2 : faire le strict minimum

Même si in fine nous faisons tous du contenu pour le SEO, il est nécessaire de se détacher de la vision réductrice qui ne lie un contenu qu’à son positionnement à court terme sur un mot clé. Ne faire que le strict minimum : une page de 250 mots sur-optimisée sur le mot clé, n’est plus la bonne solution.

En effet, si le contenu textuel est la  base d’un référencement, la qualité de celui-ci (unicité, autorité, diversification des formats, …) vous assurera de la pérennité de votre positionnement devant vos concurrents.

Il est donc nécessaire de réfléchir à la création de contenus riches et fortement différenciateurs de ceux de vos concurrents.

Nous parlons souvent de contenus “10X”.

Il s’agit de créer des contenus 10 fois plus intéressants / uniques / riches d’illustrations / … que ceux de la concurrence. Plus vous mettrez la barre haute, moins la concurrence viendra vous cherchez sur ce pilier du référencement.

En contenu, une fois l’avance prise, il est difficile ET très onéreux de rattraper un concurrent qui jouerait au “10X”.

Enfin, les contenus “10X” sont ceux qui aujourd’hui se partagent sur les réseaux sociaux (pensez donc à socialiser vos contenus) et autres supports (blogs, forums,…) et vous permettent d’obtenir du linkbaiting (obtention d’un lien naturel et spontané, sans contre partie) .

  • Piège n°3 : ne pas utiliser le maillage interne, le “siloing”

Bien connu des référenceurs, les effets du netlinking (liens qui pointent vers votre site internet) n’est plus à démontrer. Mais peu d’experts SEO utilisent cette stratégie de linking au sein même de leur site. Il s’agit du maillage interne ou linking interne : lier les pages importantes de son site internet depuis les contenus hauts et profonds de son arborescence. Technique peu utilisée mais très efficace …

Il existe différentes solutions, notamment la technique des silos qui consiste à lier ses contenus entre eux en relation stricte avec leur univers sémantique.

Par exemple, si vous avez 3 catégories A | B  | C dans votre arborescence, les pages filles de la catégorie A ne doivent avoir de liens que vers les autres pages de la catégorie A (en relation très proche / dans le même silo). Les têtes de catégorie A, B et C pourront être liées entre elles.

A retenir : le contenu ne doit pas être produit pour lui-même mais pour favoriser une action. Que ce soit la réassurance de l’internaute, le maillage interne ou pour valoriser un couple produit/mot-clé  qui mène à une action si possible marchande (une transaction, une demande de devis, une inscription…).

Besoin d’un expert en contenu pour votre référencement ?