Publicité video Youtube
YouTube souhaite améliorer
son cadre de diffusion

« Je t’aime, moi non plus ». La relation entre Google et les agences ou annonceurs est parfois tendue. Après Facebook et la surestimation du temps de visionnage des vidéos, c’est YouTube qui s’est attiré les foudres des annonceurs et a subi un boycott de la part de près de 200 marques et agences. La raison ? Une étude du quotidien TIMES qui met en avant les diffusions de publicités aux côtés de vidéos à contenus sensibles.

Comment cela a-t-il pu se produire ?

Le manque de contrôle de diffusion repose principalement sur des failles de l’algorithme qui doit gérer pratiquement 400 heures de nouvelles vidéos postées chaque minute.

Résultat : les vidéos de plusieurs annonceurs se sont retrouvées en Pre-roll de contenu « haineux et / ou extrémistes ». Face à cela, le groupe Havas a pris la décision de suspendre ses activités publicitaires de l’écosystème Display et YouTube sur le marché britannique. Un bras de fer contre le géant Google afin de contraindre la mise en place d’un cadre de diffusion plus contrôlé.

Voici un récapitulatif des actions mises en place par YouTube afin de contrer la polémique :

  • les chaines n’ayant pas cumulé plus de 10 000 visionnages ne pourront plus monétiser leurs vidéos,
  • une fois ce quota atteint, les chaînes seront soumises à un examen manuel afin d’autoriser l’accès au réseau Adsense,
  • une amélioration de l’algorithme et des équipes en charges de leur accompagnement qui ont permis d’identifier cinq fois plus de vidéos jugées sensibles,
  • une plus grande maîtrise de la part des annonceurs avec une augmentation des catégories de contenus à exclure pour les campagnes,
  • l’ouverture de la plateforme YouTube à des organismes de contrôle tiers pouvant vérifier sur quelles vidéos sont diffusées les publicités pre-roll.

 

exclusion-contenu

De l’importance de contrôler et bien programmer ses plateformes publicitaires.

La publicité sur YouTube se programme à travers l’interface de Google Adwords.

Il ne s’agit pas de se limiter à poster une vidéo et de la promouvoir en mettant des sous dans la machine ! C’est à l’annonceur ou à son agence de bien définir « humainement » ses stratégies de ciblage et d’enchères.

Vous pouvez ainsi prévenir l’affichage de vos spots en regard de contenus sensibles, encore faut-il activer le paramétrage (cf. notre capture écran). Un contrôle a posteriori des vidéos et chaînes de diffusion peut aussi être effectué : elle montre bien souvent une très grande diversité des vidéos consommées par les vidéonautes.

Besoin d’une agence media ?